Blog / Bulletin d’information

Asphalt with arrows.

La loi sur l’enregistrement des présences engendre de la ‘Construvosité’

 

Laethem-Saint-Martin, 10 mars 2016. La nouvelle loi pour les entreprises de construction engendre de plus en plus de stress et de surcharge de travail sur les chantiers. Patrons et employés du monde de la construction parlent de ‘construvosité’.

 

Depuis le 1er avril 2014, toute entreprise de construction doit quotidiennement enregistrer la présence de tous ses employés sur les chantiers et systématiquement le communiquer à l’ONSS¹. Ceci était déjà obligatoire pour tous les projets de plus de 800.000 euros, mais le montant a été réduit à 500.000 euros. Environ 7.000 entreprises de construction se voient donc contraintes de suivre l’obligation d’enregistrement des présences.

La loi oblige donc les services administratifs, à tout moment de la journée, de pouvoir rendre compte des ouvriers présents. Si l’ONSS effectue un contrôle et constate que le pointage n’est pas mis en place, non seulement l’entreprise de construction est en faute, mais l’employé l’est également. L’ONSS verbalise l’employé à raison de 600 euros et l’entreprise de 6.000 euros. Une enquête démontre que cette nouvelle loi engendre bien plus de stress et de ‘construvosité’ dans le secteur de la construction qu’auparavant. Si un employé administratif manque à noter la présence d’un collègue un matin, les conséquences peuvent donc être dramatiques tant pour l’entreprise que pour l’employé concerné.

Rik Hinnens, directeur général de Wycor, confirme : « La nouvelle loi sur l’enregistrement des présences préoccupait déjà notre équipe administrative avant sa mise en vigueur. Car lorsque l’on doit faire le pointage manuellement, on peut facilement oublier une personne. Cela a créé des tensions au sein de l’entreprise et sur les chantiers. Raison pour laquelle nous cherchions une solution sereine. »

Note aux journalistes :

¹Ceci était déjà obligatoire pour tous les projets de plus de 800.000 euros, mais le montant a été réduit à 500.000 euros.

Pour plus d’informations sur la ‘construvosité’, contactez Fleet Complete.